Quand écrire un livre = patience!!!

My thought of the day (Espanol a bajo):

I was pleased to announce to you last Christmas that this spring I will be publishing a book. Unfortunately, for the book to be at it best it will take a bit more time to prepare…but it is for the better, I am working hard and be assured that I don’t give up! Hopefully, one day it will be translated in English so you can read it too 🙂

 

Ma pensée du jour pour s’en sortir no. 227:

Il faut être patient pour écrire un livre, il faut être persévérant, il faut être minutieux, travaillant, courageux et surtout, passionné.

Je dois vous avouer que cela me prend tout cela à la fois pour garder l’espoir de vous remettre mon livre un jour entre les mains. Moi qui croyais être à la veille de le publier quand j’ai reçu ma première épreuve…je me vois maintenant dans l’obligation de refaire corrections par-dessus corrections. Il y a certaines règles à suivre que je ne connaissais pas quand on écrit une biographie. Heureusement elles sont venues à ma rencontre avant la publication et tout sera fait selon les règles. Je me trouve choyée que ces questionnements soient venus sur mon chemin pendant qu’il est encore temps d’apporter des changements, des précisions et de faire des recherches d’information.

Il faut être patient pour écrire un livre, il faut être persévérant, il faut être minutieux, travaillant, courageux et surtout, passionné.

Surtout, quand cela retarde la parution de votre livre. Je croyais qu’il paraîtrait au printemps comme je vous l’avais dit mais il saura se laisser désirer faut croire!!!

Comme dans tout négatif il faut voir le positif, je vous dirais que j’ai cependant la certitude que mon livre sera encore meilleur et soyez assurés que je travaille avec acharnement, minutie et passion pour vous le rendre dans les meilleurs délais possibles.

Et si je m’en sortais? s’en vient, je ne lâche surtout, surtout pas!!!!

Je vous tiens au courant de toute façon des développements!!!

Merci d’être là car c’est ensemble que nous nous en sortirons et surtout ne lâchons pas 🙂

 

Mi pensamiento del dia en Espanol:

Para la Navidad, yo decir a ustedes que el proximo primavera voy a  publicar un libro. Para estar mejor, tango mucho trabajo a hacer sobre mi libro todavia pero yo perseverar. Espero que va estar traducir en Espanol un dia para que usted puede leer lo 🙂

 

Mélanie Côté, copyrights 2013

…À venir, la parution de mon livre Et si je m’en sortais? …voir l’onglet Livre

Suivez etsijemensortais et devenez notre 15e follower 🙂

http://www.etsijemensortais.wordpress.com

 

 

Publicités

4 Commentaires

Classé dans écrire, Rêves

4 réponses à “Quand écrire un livre = patience!!!

  1. ntmymtoxic

    Merci à vous également pour ces pensées positives !
    C’est exactement ce qu’il faut pour malmener les idées sombres lors de cette épreuve de la maladie et les effets secondaires des divers traitements médicaux. Fouetter celles-ci avec des pensées positives du jour pour s’en sortir, c’est écrire l’avenir quoiqu’il arrive ! Pour devenir « Rémissionnaire » avec un grand « R » ! Bravo à vous !

    Qu’il est long le chemin d’un livre, quelle énergie dépensée avant qu’il se retrouve chez le libraire au coin de la rue !…

    Que puis-je dire sur « écrire »… Partager mon expérience, qui, à mon humble avis ressemble à la vôtre ou s’en rapproche un peu.
    L’idée harcelante fait les cent pas dans la boîte crânienne durant des semaines.
    De la tête à la plume, cela se passe parfois en dix minutes, montre en main, juste, pour le premier jet et la direction que va prendre ce projet écriture.
    De la première phrase au mot fin, parfois, un mois suffit !
    De la première relecture à la fin, cela varie, c’est parfois sans fin …
    Six mois plus tard, après avoir lu et relu pour la millième fois. (Sans rien voir de plus, puisque l’on baigne dedans, les lettres et les mots se ressemblent tellement. Le cerveau dit OK ! et l’on retrouve tout de même des coquilles partout en relecture… encore et encore…)
    Quelques lignes en moins ici, trois pages en plus de-ci et de-là, enfin, presque !
    Un bêta lecteur, il me faut un bêta lecteur ! Pourquoi fuyez-vous tous ?… ;o)
    Et là, encore des coquilles des p’tit trucs par-ci et par-là, pourtant, ça frôlait la perfection ! Le/la bêta lecteur(trice) est une source de jouvence avec un œil vif et objectif ! Cela aide beaucoup !
    Un Éditeur, il me faut un Éditeur avec un grand « É » ! Soyez mes à mes pieds, j’arrive !!!
    — Ceci est le Saint Graal, mon enfant, ma foi et mon âme. Précieux comme l’or ! À genoux et contemplez l’oeuvre !…
    — Que voulez-vous faire avec… ça ? Disent les grands Éditeurs pas tenté du tout !
    Bon d’accord, ce n’est pas non plus le prochain Best-seller…mais j ai mis tout mon cœur à l’écrire !
    La première question des petits Éditeurs avec un grand « É »
    — Voulez-vous m’acheter un kilo de tomate pour votre famille et vos amis ?
    Ou
    — Voulez-vous mouiller la chemise et ventre des tonnes de tomates « à la criée » par notre intérimaire afin que nous puissions faire des bénéfices ?
    « On ne badine pas avec la littérature » disent les lauréats du prix Goncourt et les habitués des best-sellers chez les Grands Éditeurs (en lettres capitales partout.) On se sent vraiment tout petit, mais alors minuscule, un acarien dans le lit d’un grand Écrivain, un neutron dans le monde de l’Édition. (avec de grands « É » partout)
    Nous voici un an après la signature du contrat avec l’Éditeur, deux ans après avoir écrit le mot « Fin » sur le manuscrit et trois ans, depuis la fin de cette relation intime avec « Mr Toxic » (le cancer) et cette idée qui trotte dans la tête.

    Donc, vous voici à la dernière ligne droite avant parution, (comme moi) encore quelques-uns de ces « damdamdididadadadam », une contraction ou deux ( la correction de la correction) et l’heureux enfant va naître ! ;o)
    Faut-il dire que d’autres projets sont sur la table de l’Éditeur et d’autres auteurs trépignent d’impatience. (comme nous)
    Il faut en effet s’armer de patience, d’obstination et ne surtout pas céder au découragement. (C’est la crise pour tous) Dans les dernières lignes droites des premières épreuves corrigées et recorrigées : « Le temps dure longtemps et la vie sûrement, plus d’un million d’années et toujours en été… Dam didididam didididamdididoudididoudam… et toujours en été… » (Le Sud – Nino Ferrer) puis vient le « bon à tirer » ! Le fameux BAT, sésame pour l’imprimeur et la troisième étape commence pour l’auteur et le fruit de ses entrailles…
    Nous en sommes là, à vendre des kilos de futures belles et bonnes tomates mûries au soleil de notre cœur et celui de l’Éditeur…

    Vous faites bien d’être présente avec vos belles pensées du jour, car vu d’ici, on a déjà envie d’en savoir plus sur « Et si je m’en sortais ? »
    Témoigner de cette épreuve, quelle que soit la manière ou la façon de faire, c’est un atout pour les autres malades et les proches de malades.
    Je sais déjà que vous êtes généreuse Mélanie, puisque vous partager ces pensées positives du jour ! Cette générosité est déjà votre atout !
    Encore un peu de patience donc….
    Tout en vous souhaitant un franc succès avec votre livre !

    Enchanté de faire votre connaissance Mélanie ! ;o)

    • Wow merci ntmymtoxic pour ces beaux mots d’encouragement, ça me touche beaucoup. Tout ce que vous dites est si véridique, je ne sais qu’ajouter de plus à part merci, merci infiniment. Bonne à chance à vous aussi,

      oui le chemin est long et parsemé d’embûches, mais il en vaut vraiment la peine, parce que même après la millième relecture et quelques notes de découragement, je trippe encore dans cette fabuleuse aventure de l’écriture et du processus de la publication d’un livre, du fond de mes trippes et ça semble être la même chose pour vous quand je vous lis.

      Souvent le chemin est encore plus important que la destination en soit…même si la destination je n’arrête pas d’en rêver…et quand j’ai un rêve dans la tête…

      merci et bonne journée 🙂

      etsijemensortais

  2. ntmymtoxic

    Tout à fait d’accord avec vous, qu’importe la destination, tant qu’il y a un chemin à savourer au quotidien.
    Ceci dit, une mise à l’honneur ici, histoire de vous donner un coup de pouce :o)

    https://www.facebook.com/NiceToMeetYouMrToxic

    Belle journée et prenez soin de vous.

  3. merci ntmymtoxic! Super belle intention de votre part!

    Ça veut aussi dire que la phrase que j’ai écrite « Quand une personne que l’on aime souffre beaucoup, on veut être là pour elle mais parfois on se sent impuissant. » dans ma pensée no. 224 vous a particulièrement touché ou aidé, enfin qu’elle vous a fait du bien et c’est tout à fait mon objectif quand j’écris toutes ces pensées du jour pour s’en sortir.

    Merci de m’en faire part, ça m’aide à poursuivre la mission que je me suis donnée!

    etsijemensortais

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s